ADSL : le complexe des multiplexés

Publié le par AGT

Dans le monde de l’ADSL, tout n’est pas toujours rose (Orange ?). Il y a ceux, qui comme soeur Anne ne voit toujours rien venir et doivent “ramer” avec un modem 56k. C’est le cas notamment dans plusieurs secteurs de l’arrière pays. Pourtant, ceux là cultivent raisonnablement l’espoir de voir débarquer un de ces jours le haut débit pour profiter pleinement d’Internet. Et puis..., ils y a les multipléxés ! Ceux là peuvent toujours attendre, ils seront les derniers à pouvoir surfer à haute vitesse sur le Net, le jour où, enfin, notre Territoire sera couvert à 100 % par l’ADSL. De quel mal souffrent donc les multipléxés ? Dans certaines zones comme à la Croix sur Roudoule dans les Alpes-Maritimes, France Télécom n’avait pas assez de câbles pour brancher tous les abonnés. On faisait donc passer les lignes téléphoniques de plusieurs abonnés sur le même câble. Bien que cette technique, en voie de disparition, concerne de rares utilisateurs elle est extrêmement pénalisante puisque toutes les technologies xDSL sont tout simplement incompatibles avec ce type de câblage. C’est d’autant plus rageant lorsque le reste de la commune est couvert par l'ADSL. Seule solution : la “normalisation” de la ligne (séparation des abonnés concernés) par France Télécom, seul habilité à effectuer cette modification. Or, l’opérateur historique n’est pas très enclin à financer l’intervention au cas par cas et préfère agir dans le cadre planifié de travaux de restructuration dans la zone géographique concernée afin de rendre la ligne téléphonique éligible au haut débit. Dans le meilleur des cas, la situation peut se résoudre en quelques mois ou dans le pire en quelques années … tout dépend du bon vouloir de l’agence France Télécom régionale. Les “multipléxés” doivent donc s’armer de patience et avoir la plume facile pour rédiger des courriers de “demande de normalisation” auprès de France Télécom bien sûr, de leur mairie, du Département, de la Région ou des associations de défenses des consommateurs, comme l’Afutt (Association française des utilisateurs de télécommunications) ou même l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). En attendant si des voisins non-multipléxés pouvaient les accueillir...

Publié dans Pratique

Commenter cet article