Big Brother Awards : la palme pour Frédéric Lefebvre

Publié le par AGT

A l’initiative de Privacy International, ONG créée à Londres en 1990, dont l’objectif est d’éveiller l'opinion sur l'érosion de la vie privée et les nouvelles technologies de surveillance des individus, les Big Brother Awards viennent d’être décernés, entre autres, à Eric Woerth, Bertrand Delanoë ou Michèle Alliot-Marie. Mais le grand gagnant de cette édition 2009 est, sans aucune contestation possible, l’innénarable Frédéric Lefebvre, député et porte-parole de l'UMP, qui reçoit le prix spécial Orwell 2009 pour « son incompétence et son insistance à vouloir contrôler internet par le biais du CSA, ses arguments iniques pour soutenir la loi Hadopi, pour vouloir traquer la délinquance dans les maternités, et bien d’autres choses... », explique le communiqué de Privacy International.  Pour justifier son choix, le jury, composé de journalistes, d’avocats ou de militants associatifs, s’appuie sur plusieurs prises de positions de Frédéric Lefebvre jugées particulièrement répressives comme ses propos en faveurs de la responsabilité pénale des mineurs dès 12 ans, de la détection précoce de la délinquance à la maternelle, de sa demande de contrôle du web 2.0 par le CSA, ou encore d’avoir décrit Internet comme un lieu hanté par la mafia et les terroristes. Quant au Prix Voltaire, récompensant les actions visant à lutter contre les tentatives de contrôle des individus et de la société, il a distingué les enseignants et directeurs d'école s'opposant au fichage précoce des élèves et le collectif “Non à Edvige”.

Publié dans Dans l'oeil du Net

Commenter cet article