Le cloud computing, l’Internet dans les nuages

Publié le

On vient de l’apprendre, la future version Ubuntu 9.1 de la distribution GNU-Linux, Karmic Koala, est attendue pour l'automne. L’une de ces particularités sera de se mettre au « cloud computing », traduisez informatique dans les nuages en français. Voici un terme anglo-saxon dont on parle en effet beaucoup et dont certains disent qu’il sera l’informatique de demain. Il s’agit d’un concept majeur qui fait référence à l’utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier, liés entre eux par un réseau, tel Internet. Des calculs soit, mais pour quoi faire ? Résoudre des problèmes de mathématiques complexes pouvant servir à la recherche spatiale, prévoir les phénomènes météorologiques avec plus de précision, non ! Il s’agit en fait de se servir de cette puissance de calcul et de stockage de l’information pour faire du business, pardon du commerce. C’est même l'ultime étape de l'industrialisation des centres de données. Déjà des grandes sociétés comme Google, Amazon ou Microsoft utilisent ou proposent le cloud computing. Concrètement, les entreprises qui optent pour ce système passent par un simple navigateur Web pour accéder à toutes leur données et applications sans avoir gérer la moindre infrastructure informatique. Le matériel est mutualisé, ce qui permet d'optimiser les coûts. Tout est donc externalisé et même la sécurité. Cela ne va donc pas sans risque en cas d’interruption du service, d’accès et de sauvegarde des données. Car si tout semble parfait dans le monde ouaté de l’ordi dans les nuages, l'inquiétude grandit autour de la sécurité et en particulier de la confidentialité des données qui ne seraient pas assurée. Mais avant de passer du fantasme à la psychose, les experts réunis dans le cadre du Cloud Computing Forum organisé par IDC, outre-Atlantique, la semaine dernière, ont proposé des solutions pour renforcer la sécurité des serveurs. En attendant, il est conseillé de chiffrer systématiquement les données non publiques hébergées sur les « nuages ».

Publié dans Dans l'oeil du Net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article