Vente de billets : fin du monopole de Voyages-sncf.com

Publié le

Il aura fallu six ans pour que le Conseil de la concurrence, sous la pression d’agences de voyage en ligne (Karavel-Promovacances, Lastminute et Switch), reconnaisse que la SNCF était coupable d’avoir favorisé la vente de billets sur sa plateforme Voyages-sncf.com, premier site marchand en France, et lui inflige une amende de 5 millions d'euros. De fait, le site Internet de la société national perd le monopole de la vente de billets de train. Un coup dur pour la SNCF qui réalise près de 30% de ses ventes sur Voyages-sncf.com pour un volume d’affaires qui a dépassé les 2 milliards d’euros en 2008. Si la SNCF a renoncé à faire appel de sa condamnation, en revanche, son partenaire sur Internet, le site Expedia.fr, également condamné à 500.000 euros, compte bien contester la décision du Conseil de la concurrence. Car le problème n’est pas d’avoir directement empêché d’autres agences de voyage de vendre des billets de train, mais d’avoir mis des barrières techniques à la vente des meilleures offres, ce dont Expedia.fr s’estime non coupable. En effet, et c’est cela qui est condamnable, la SNCF a refusé aux agences de voyages concurrentes les moyens techniques “leur permettant de commercialiser certaines offres promotionnelles dans de bonnes conditions (offres de dernière minute ou billets de TGV à prix discount) ou d'utiliser la fonctionnalité "Billet Imprimé", particulièrement appréciée des internautes ». De plus, contrairement à sa filiale Voyages-SNCF.com, les agences devaient acheter à prix d’or à la SNCF la licence informatique Ravel, indispensable pour accéder au système de réservation de la société nationale. La SNCF, qui risquait jusqu’à 2,369 milliards d'euros de sanction, fait désormais profil bas et s’engage à accorder le même traitement aux agences en ligne qu’à son propre site. Cette décision du Conseil de la concurrence intervient dans le contexte de la prochaine libéralisation des services de transport de voyageurs internationaux prévue le 1er janvier 2010.

Publié dans Actualités Internet

Commenter cet article