Une cyberdouane pour traquer la fraude en ligne

Publié le

Importations de cigarettes ou de stupéfiants, de contrefaçons de luxe, de faux médicaments, d'armes et de munitions ou encore d'oeuvres d'art seront désormais sous la vigilance d’une équipe de 15 personnes spécialement formées et équipées pour traquer les ventes frauduleuses ou illicites sur Internet. Pour empêcher le développement de cette e-délinquance, Eric Woerth, le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, vient en effet d’inaugurer Cyberdouane, un service dont la mission est d'identifier les transactions illicites en ligne et de mener des contrôles douaniers ciblés. Un tel service n’est pas nouveau puisque une cellule de recueil et d'analyse de l'Internet douanes (CRAIDO) existe depuis 1998. Cette annonce plus médiatique qu’innovante, marque cependant la volonté de l'Etat de renforcer son action contre la fraude sur le Net en constante augmentation. En effet, l’utilisation d’Internet facilite le trafic de produits contrefaits, mais il est également plus facile de remonter les filières, même si la plupart des plateformes de vente se situent à l’étranger. Si un cyberacheteurs peut surfer sur un site de vente de produits illégaux, il est est de même pour les cyberdouaniers. En revanche, les trafics  d'armes ou de stupéfiants en ligne, qui passent par des réseaux opaques voir sécurisés, sont bien plus difficiles à débusquer. Cyberdouane devrait pour cela bénéficier des informations recueillis sur la plateforme de signalement des contenus illicites "Pharos".

Publié dans Actualités Internet

Commenter cet article