Yahoo! : une femme à la barre

Publié le

La polémique autour du rachat de Yahoo! par Microsoft aura fait une victime, Jerry Yang, l’un des co-fondateurs du moteur de recherche en 1995, est débarqué de ses fonctions de directeur général. Si la firme a annoncé de manière évasive qu’il resterait impliqué dans le fonctionnement du groupe, c’est désormais Carol Bartz, la soixantaine pimpante, et ancienne dirigeante d’Autodesk (société éditrice de logiciels de conception assistée par ordinateur) qui est à la manoeuvre. Dans le contexte de crise actuelle, les actionnaires de Yahoo! n’ont pas digéré que Jerry Yang ait obstinément refusé un rapprochement avec Microsoft. La firme de Redmond, dans sa stratégie de développement qui consiste à contrer Google, avait en effet proposé, dès le printemps dernier, plus de 47 milliards de dollars pour racheter Yahoo! Face aux critiques, Jerry Yang avait lui même annoncé son départ à la mi-novembre 2008, mais se laissait le temps de redresser la barre de son portail Internet en proposant un rapprochement publicitaire avec... Google ! L’affaire, quasiment faite, n’a pu finalement être conclue. Les autorités américaines de la concurrence ayant mis leur veto. Aussi, Jerry Yang, sous la pression des actionnaires de Yahoo!, avait dû revoir la proposition de rachat de Microsoft sans toutefois parvenir à un accord satisfaisant. Un échec de plus qui signe la fin de partie pour le fondateur historique de Yahoo! Avec Carol Bartz, vétéran du monde de l’informatique, le groupe californien espère une reprise plus sereine des tractations avec Microsoft et son nouveau patron Steve Ballmer. Jerry Yang ne part pas seul, car Yahoo! prévoit la réduction de 10% de ses effectifs avant la fin de l’année, soit plus de 1 500 postes ! La bourse a aussitôt réagit favorablement à ces annonces et le titre, en constante baisse depuis plusieurs semaines, affichait une hausse encourageante de 1,6% en pré-séance à Wall Street.

Publié dans Actualités Internet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article