Internet est-il dangereux pour la santé ?

Publié le

La question pourrait paraître incongrue tant on voit mal comment surfer sur le web serait une activité à risques. Pourtant, de plus en plus  de médecins et en particulier des psychiatres, s’intéressent aux troubles du comportement liés à un usage intensif ou abusif de l’Internet. Dès 1998, des chercheurs américains de l’Université de Pennsylvanie mettaient en garde contre les effets pervers de l’utilisation d’Internet. Selon eux, les tête-à-tête avec l'écran plongeraient les surfers dans la plus totale neurasthénie, première étape vers la dépression. Dix ans et quelques milliards d’internautes plus tard, ce n’est plus la déprime qui guette les surfeurs, mais la dépendance. Nous serions tous accrocs au Net et cette maladie porte même un nom : la cyberdépendance ou cyberaddiction. Elle se traduit par un besoin irrépressible et même obsessionnel, d’utiliser Internet. Surfer en moyenne six heures par jour et être contrarié, voire violent lorsque l’on n’arrive pas à se connecter, seraient les premiers symptômes de la dépendance au Net. Selon l'hebdomadaire britannique New Scientist on peut y ajouter d’autres troubles psychologiques, comme l'”ego-navigation” (effectuer régulièrement des recherches dans Google sur soi-même) qui fait de vous un cyber-égocentrique. Une habitude qui peut conduire au  “web-voyeurisme” (“googler” son entourage) ou au “web-exhibitionniste” (raconter sur son blog les détails intimes de sa vie). La “cyberchondrie”, quant à elle, toucherait les personnes effectuant des recherches sur toutes sortes de maladies graves. Que les internautes qui se reconnaîtraient dans ce portrait se consolent car que le temps passé sur Internet affûterait le cerveau. Une récente étude de l’Université de Californie, publiée dans le très sérieux American Journal of Geriatric Psychiatry, tant à démontrer que naviguer sur le Net sollicite fortement les zones du cerveau qui gèrent le processus de prise de décisions et les raisonnements complexes. Internet stimulerait donc notre intelligence au même titre que les... puzzles, les jeux ou la lecture.

Publié dans Pratique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article